Experience dans les pays de l’Est européen in Eastern European countries

Après la chute du rideau de fer en 1989, les voyages en Europe de l’Est sont devenus faciles : tout comme les Européens de l’Est étaient très avides d’apprendre à connaître le style de vie de l’Ouest, la curiosité a attiré beaucoup d’Européens de l’Ouest en Europe de l’Est. Les  agronomes ont été fascines par la découverte des structures agraires et des techniques agricoles de l’Europe de l’Est.

Avant la collectivisation, en république tchèque, en Roumaine et en Albanie, par exemple, il n’était pas rare de trouver de grands domaines agricoles appartenant à des propriétaires fonciers privés ou institutionnels, surtout dans les zones fertiles. La petite agriculture est restée confinée dans des zones moins fertiles ou montagneuses. En Lettonie, il semble qu’un grand nombre de fermes familiales aient été collectivisées. Dans ces pays, la collectivisation s’est accompagnée de la confiscation des terres aux paysans. La Pologne et les états balkaniques (la Slovénie et la Macédoine) n’ont pas vécu de collectivisation et une décollectivisation sur une large échelle.

Le nouveau régime a mis en place à la fois la privatisation de la production agricole et la distribution des terres agricoles. La décollectivisation a débouché sur une grande diversité de nouvelles structures telles que la société par action appartenant aux anciens propriétaires ou aux employés de l’entreprise, ou bien les terres ont été rendues aux propriétaires ou paysans qui ont dû se débrouiller pour les mettre en valeur. En Roumanie, Lettonie, Arménie et Albanie, une redistribution sur une large échelle a créé une myriade de petites fermes familiales qui pratiquent une agriculture de survie dans une grande pauvreté. Dans tous les cas, l’Etat s’est constitué une réserve de bonnes terres agricoles afin d’y créer des exploitations plus grandes et plus efficaces, ciblées sur la politique agricole de l’Union européenne.

La décollectivisation et la distribution des terres ont été réalisées souvent très rapidement, laissant à elles-mêmes un nombre impressionnant de toutes petites fermes sans aucun moyen de production (intrants, machines). L’entrée dans l’Union européenne, qui soutien les fermes familiales mais d’une certaine taille et avec un bon niveau technique, signifiera à court terme un nouveau changement profond pour la population rurale de l’Europe de l’Est. Cependant, les investissements dans l’agriculture sont peu élevés, et des millions d’ha de terres marginales ou nécessitant  des améliorations coûteuses en irrigation ou drainage risquent d’être laissés en friche, malgré les aides massives de la Banque Mondiale et d’autres organes de crédit pour la remise sur pied d’améliorations foncières.

République tchèque: Etude des possibilités pour le tourisme rural, pour le compte de l’Agence régionale de développement de la Moravie Centrale (fondée par une association de communes de la région). Etudes régionales et mise sur pied du tourisme doux dans les zones rurales. Approche théorique du choix des stratégies touristiques.

 

Pologne :Le choix de stratégies touristiques dans la région de Malopolska à l’Instytut Turystyki (Cracovie) : une approche théorique

 

Roumanie: Développement de projets en zone rurale pour les Tsiganes dans la plaine du Danube (Judet de Buzau) pour le compte de la Municipalité locale

                                                                               

Macédoine: Développement de « projets agricoles favorables à l’environnement »pour le Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire (FYROM).

 

Arménie :Développement de « projets agricoles favorables à l’environnement »pour le Ministère de l’Agriculture en collaboration avec un bureau privé.

 

VOTRE OPINION !!!

 

Revues des performance environnementales : PASSERELLE !!!